Problématique de l'évaluation


L'évaluation et la pratique de l'enseignant spécialisé

1 - Evaluer

2 - Evaluation plurielle


3 - Evaluation sommative

4 - Evaluation diagnostique et Evaluation formative

5 - Evaluation formatrice

6 - Evaluation dynamique


ÉVALUER

Évaluations et vérités oubliées : Qu'appelle t-on évaluation ?
Il serait bon, d'abord de savoir de quoi l'on parle. Le mot évaluation est, finalement un mot assez récent dans l'usage pédagogique. Il a succédé à d'autres mots : composition, devoir surveillé, contrôles, interrogation...
Il s'agissait...rompre avec une pratique de contrôle des acquis jugée inefficace et traumatisante...Ce nouveau mot a en effet conduit à réfléchir sur le sens des pratiques habituelles de contrôle. On a ainsi redécouvert des vérités oubliées, rappelons les :
Évaluer c'est exercer un pouvoir : cela n'est pas toujours perçu, pour évaluer, il faut être supérieur à celui qu'on évalue. Sans cette différence, l'évaluation ne saurait se produire.
Évaluer c'est contribuer à l'organisation sociale.

Confronter, mettre en rapport 
Confronter des données de fait (une réalité) et des données qui sont de l'ordre idéal.
Mettre en rapport un référé et un référent
Apprécier, juger 
Apprécier une réalité à la lumière d'une intention, d'un projet.
Dire la valeur d'une réalité par ref. à une exigence particulière.
Produire de l'information éclairante 
s'efforcer de savoir où l'on est, pour mieux aller ou l'on voulait aller.

ÉVALUATION PLURIELLE

Le Champ des fonctions
On peut tenter de repérer les fonctions de l'évaluation à partir de ce que Landsheere désigne comme les objets possibles de l'évaluation scolaire 
1. Le 1er "objet" est de faire un inventaire des connaissances et des acquisitions, de mesurer les apprentissages réalisés.
Et donc de « certifier » que l'élève a atteint un certain niveau (et/ou possède certains savoirs...
Informer les parents sur la progression de l'enfant...
2. Le 2e objet est diagnostique. L'évaluation sert alors à situer l'élève dans son processus d'apprentissage et à diagnostiquer ses lacunes et difficultés par rapport aux savoirs et savoir-faire qui devraient être acquis.
Informer l'enseignant sur les effets de son action pédagogique et lui permettre de prendre des décisions relatives à l'apprentissage (faut-il soutenir, renforcer, reprendre, remédier... ?)
3. Autre objet de l'évaluation est de rendre tous les élèves capables de « mesurer » leurs actions, de construire leurs propres stratégies d'apprentissage... En effet, si on veut des citoyens responsables, il est fondamental que l'enfant, même jeune, soit placé dans des situations qui lui permettent de pouvoir apprécier ses résultats, c'est-à-dire :
Vérifier que le but recherché est atteint,
Pouvoir comprendre comment il s'y est pris, en fonction de ses ressources, pour parvenir à ce résultat,
Maîtriser l'évolution de ses progrès.
L'évaluation de l'élève peut avoir, enfin une fonction pronostique, si elle permet de le guider et de l'orienter dans ses choix scolaires et professionnels par une prédiction de ses futurs performances. Évaluer les chances de réussite ultérieure...
L'évaluation est une tâche délicate et complexe, parfois source de malaise pour l'enseignant. C'est pourtant une pratique fondamentale et incontournable qui fait partie intégrante de l'acte pédagogique. Pour évaluer, l'enseignant est confronté à une tâche difficile : il doit évaluer des transformations, des progrès...Pour cela, il lui faut fournir des critères clairs qui permettent aux élèves de se situer, mais aussi de comprendre leurs réussites et leurs échecs.

ÉVALUATION SOMMATIVE

C'est un bilan, souvent global mais en même temps lacunaire. Souvent en vue d'un destinataire (ex. parents...). Elle mesure des acquis ... en fin d'apprentissage... Cette évaluation a une fonction de contrôle.
Elle est associée à l'idée de passation d'épreuves collectives de connaissances scolaires.
Elle intervient après un ensemble de tâches d'apprentissage, après une formation, constituant un tout, correspondant par exemple, à une partie d'enseignement (de cours) à l'ensemble des enseignements d'un trimestre...
Il est habituel d'opposer l'évaluation sommative à l'évaluation formative, intégrée au processus même d'apprentissage.
L'évaluation sommative serait, elle, externe à ce processus et destinée aux parents, à l'administration...
L'évaluation sommative peut être un outil de certification (CFG, CAP, Brevet BEPC, BAC...) qui sanctionnent une fin de cycle (valeur sociale, une reconnaissance marchande.
L'évaluation sommative peut être également associée à une évaluation comparative (comparer un résultat à une population d'élèves...)
L'évaluation oblige à analyser les rapports entre l'apprentissage de l'élève et l'enseignement du maître c'est à dire caricaturalement le rapport transmission et appropriation du savoir.

Aide de la Taxonomie, processus cognitifs pour l'analyse des épreuves sommatives
Demande-t-on seulement de répéter un contenu ?
Donne-t-on toute l'information pour résoudre le problème ?
L'élève doit-il apporter des informations supplémentaires ?
Doit-il examiner la situation selon des critères fournis ?
Enfin si le problème posé permet plus d'une solution, il s'agit d'une activité de synthèse.

ÉVALUATION DIAGNOSTIQUE & ÉVALUATION FORMATIVE

L'évaluation diagnostique renseigne l'enseignant et les élèves sur les représentations et les acquisitions de départ ; elle est une des composantes de l'évaluation formative qui, elle, consiste à recueillir, avant et pendant le déroulement d'un cours ou d'une séquence, des informations utiles quant à la qualité des apprentissages réalisés pour identifier les difficultés rencontrées par l'élève.
Nous reprendrons ici la définition de G.de Landsheere dans le dictionnaire de l'Évaluation et de la recherche en éducation.
C'est l'évaluation intervenant en principe au terme de chaque tâche d'apprentissage et ayant pour objet d'informer élève et maître du degré de maîtrise atteint et éventuellement de découvrir où et en quoi un élève éprouve des difficultés d'apprentissage, en vue de lui proposer ou de lui faire découvrir des stratégies qui lui permettent de progresser...".
Une attention plus grande est apportée aux actions observables de l'enfant, à ses formulations incomplètes, incorrectes.
Comment organise-t-il une notion ? Que signifient ses tâtonnements, ses approximations, au cours d'une élaboration, d'une appropriation, d'une construction progressive ?
L'évaluation formative n'est pas une contrainte institutionnelle dont les résultats seraient destinés aux parents et à l'administration.
Elle est une condition de l'efficacité de l'enseignement, une de ses composantes permanentes.
Elle vise à l'ajustement des processus didactiques, des rapports entre le savoir, l'élève et l'enseignant.
C'est une évaluation interne à la classe, une observation armée en un ici et maintenant pédagogique. Un maintenant qu'il faudra cependant situer entre un amont et un aval. Aucun savoir n'est totalement nouveau pour l'enfant, ne serait-ce qu'en raison des représentations, même confuses ou erronées, qu'il peut déjà en avoir ; à l'inverse aucune appropriation n'est jamais terminée. Des objectifs intermédiaires peuvent venir, sinon modifier, au moins différer, des objectifs principaux.
Si on peut parler d'outils d'évaluation sommative, de tests, de connaissances (....)  conçus et mis au point éventuellement à l'extérieur de la classe et de l'établissement, on ne parlera pas d'outils d'évaluation formative, mais plutôt de démarches, de méthodes, qui reposent sur un certain nombre d'hypothèses : les erreurs ne seront pas considérées comme des échecs, des fautes à éliminer mais comme des indicateurs d'un état de connaissances, provisoires, que l'enfant produit avec ses mots et son système à lui.

Dire que l'enfant répond toujours juste à la question qu'il se pose peut sembler excessif, mais évite de lui reprocher trop facilement de dire n'importe quoi.

  • D'où l'importance accordée aux traces de l'activité de l'enfant, brouillon, reprise, effacement.
  • En soi, apporter une attention au cheminement de la pensée enfantine.
  • Erreurs d'enfants classement groupe de remédiation

Nous pouvons donc dire que l'évaluation formative s'effectue à 3 niveaux

  • La mise en situation de l'enfant ou du groupe : il y a une tâche à effectuer ; c'est le propre de toute situation scolaire
  • L'observation, le recueil des productions spontanées des enfants et leur analyse : peuvent apparaître des représentations du savoir, des dysfonctionnements significatifs à exploiter.
  • La poursuite de l'apprentissage, par renforcement ou par d'autres voies.

L'essentiel est de créer l'émergence des modes de fonctionnement de l'enfant. L'enseignement ne peut se dérouler dans l'ignorance du sens des productions enfantines. C'est à cela que conduit souvent, malheureusement, la polarisation sur les résultats et certains mode de notation ou de contrôle.
Donner du sens au production de l'enfant, c'est se référer à une théorie du sujet, qui construit ses connaissances, à travers un long temps, génétique, à travers les idées qu'il a de ce savoir, à travers ces cheminements.. Tout ceci en interaction avec les sollicitations de la situation pédagogique.

ÉVALUATION FORMATRICE
 
Évaluation qui part de l'idée que seul l'élève peut vraiment réguler son activité d'apprentissage, et de la prise en compte de l'importance de la représentation des buts à atteindre, vise à l'apposition par l'apprenant des critères de réalisation du produit et d'appréciation de la production.
Elle vise à rendre l'élève gestionnaire de la régulation de son apprentissage.
Elle favorise pour l'enfant l'accession à l'autonomie, une meilleure connaissance de soi, et donc, l'aiderait à construire son avenir. C'est une évaluation qui vise à apprendre aux élèves à s'auto-évaluer et leur permet d'évoluer dans leurs apprentissages. Elle s'insère avant, pendant et après un apprentissage.

En guise de conclusion 
Il est important de concevoir ces différentes modalités d'évaluation diagnostique, formative, formatrice, et sommative - comme un tout. Elles ne sont pas contradictoires, chacune pouvant recouvrir en partie plusieurs aspects. L'évaluation doit s'intégrer aux apprentissages, elle est une aide au « pilotage » d'un groupe, de la classe et d'un cycle. Elle doit faire l'objet dans l'école d'une réflexion d'équipe qui élabore un dispositif qui ne doit ni être contraignant, ni constituer un surcroît de travail inutile.

 L'ÉVALUATION DYNAMIQUE :

  • Je la nomme dynamique car elle s'opère en cours de tâche c'est à dire en situation...
  • Entre observation et évaluation  il s'agit plus d'observations (Cf. Travaux de R. Khon) et d'analyser les productions de l'élève permettant adaptation et ajustement pédagogique.
  • Le recours à l 'entretien d'explicitation est souvent nécessaire.
  • Proche de l'évaluation formative, elle fait partie intégrante de l'acte pédagogique et doit permettre au pédagogue d'être ajusté à ce que produit l'élève (Concept d'adaptation, de pédagogie adaptée)...

ÉVALUATIONS ET TESTS : différences

PROBLÉMATIQUE DE L' OBSERVATION


Haut de page

Tous droits réservés. Michel Vinais

 

© Copyright 2007-2018 https://vinais-marignac.fr