Contact : Mireille Marignac.V


Pourquoi pas la méthode Singapour
mais surtout pourquoi (parce que PISA?...),
pour quoi (pour enrayer les difficultés des élèves ?...),
pour qui (les élèves ou les enseignants ou ?...),
pour quels changements...ou pas

Pourquoi pas la méthode Singapour

A ce jour, il est beaucoup question d'appliquer la "méhode Singapour"...
L'histoire de notre système éducatif nous montre que les effets de mode sont courants...travaux de Piaget et ses applications à lécole...les méthodes d'éducabilité cognitive...les démarches selon les manuels etc...
Ces approches ont probablement des effets positifs mais ne laissent-elles pas certains élèves sur le bord du chemin ?

Aucun élève n'apprend de la même manière et au même rythme, mais tous doivent maîtriser les connaissances et les compétences du socle commun. Pour faire face à cet enjeu, il n'existe pas une "recette pédagogique" unique qui s'imposerait à tous les enseignants, pour tous les âges des élèves et quelle que soit la discipline enseignée. Alors ? Seule une formation solide des enseignants pourrait permettre l'accompagnement de ces élèves avec les dispositifs au sein de l'école sauf troubles enkystés demandant un travail complémentaire avec un partenariat extérieur.
Parmi les propositions de professionnalité de M.Altet (Cf fin de document) je retiendrai l'enseignement professionnel praticien réfléchi, à la dialectique thérorie-pratique, se substitue un va-et-vient entre pratique-théorie-pratique. L'enseignant devient un professionnel réfléchi capable d'analyser ses propres pratiques, de résoudre des problèmes, d'inventer des stratégies. La formation s'appuie sur les apports des praticiens et des chercheurs.

Une histoire qui ne nous dit pas tout : lire le document ci-joint

Il est souvent invoqué son "efficacité", force est de constater qu'il n'y a pas, à ma connaissance, de travaux de recherces témoignant de son efficacité en tant que méthode.
Poursuivre la lecture : Document ci-joint Analyse de MHM

Regard du GRIP sur la méthode Singapour
Lire : document du GRIP ci-joint

Quelques éléments pour alimenter la réflexion (extraits de documents) :
Particularités de la méthode Singapour - Monica Neagoy -
Lire le document ci-joint : Propos de Monica Neagoy

Eric Charbonnier, économiste, expert à l'OCDE, responsable de l'étude PISA en France remet à sa juste place la méthode de Singapour.
Lire la suite : document ci-joint Eric Charbonner et Singapour


Pour ma part, je crois que cette conception de "la" bonne méthode est, tout à la fois, dangereuse et impossible à mettre en place. Je crois plutôt à ce que Michel de Certeau nomme "l'occasion"
Lire la suite : document ci-joint Entretien méthode Philippe Meirieu

Complément de lecture :

L'Ecole est obligatoire, mais l'apprentissage ne se décrète pas

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2016/06/03062016Article636005337926653002.aspx

Pour poursuivre la réflexion, lire aussi les nombreux articles sur le site de Philippe Meirieu :
https://www.meirieu.com/ARTICLES/listes-des-articles.htm

CF.http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2016/11/25112016Article636156526083470927.aspx...


Formation des enseignants Marguerite Altet
De ce point de vue, M.Altet (2001) distingue plusieurs modèles de professionnalité enseignante dont l'enseignant technicien, l'enseignant ingénieur technologue, l'enseignant professionnel praticien réfléchi.

- L'enseignant technicien apparaît avec les écoles normales puis les IUFM, on se forme au métier par apprentissage imitatif, les compétences dominent.

- L'enseignant ingénieur technologue rationalise sa pratique en tentant d'y appliquer la théorie. La formation est menée par des théoriciens, spécialistes du design pédagogique ou de la didactique.

- L'enseignant professionnel praticien réfléchi, à la dialectique théorie-pratique, se substitue un va-et-vient entre pratique-théorie-pratique. L'enseignant devient un professionnel réfléchi capable d'analyser ses propres pratiques, de résoudre des problèmes, d'inventer des stratégies. La formation s'appuie sur les apports des praticiens et des chercheurs.

Et en ce qui concerne les formateurs ?

"...Pour moi, un formateur d'enseignants, c'est quelqu'un qui a une expertise d'enseignant, qui a une expertise de formateur d'adultes et qui a une expertise d'analyste de la pratique. Il possède les trois compétences, et il est (plus ou moins) chercheur. Le volet où il faut vraiment qu'il se forme, c'est la recherche, pour avoir des outils et pour faire de l'analyse. Il semble difficile qu'on puisse être un formateur sans comprendre ce qu'est la pratique enseignante. Il faut posséder, au minimum, cette formation-là de manière plus ou moins appronfondie, avec plus ou moins d'outils, d'où la nécessité de se former. Mais dans le profil de recrutement des formateurs, être simplement un expert enseignant ne suffit pas..." Cf net M.Altet

Document réalisé par Michel Vinais

Retour

Tous droits réservés - Michel Vinais


Copyright 2007-2018 https://vinais-marignac.fr